Étiqueté : Cheng Man Ching

0

Masterclass avec William Nelson

La compréhension du vrai style du professeur Cheng Man Ching avec maître William Nelson à Villefranche de Rouergue les 20 et 21 mai 2017.

Tuishou par Cheng Man Ching 0

Master class tui shou

La poussée de mains (推手, tuī shǒu) avec les Maîtres Shen Shen Yen et William Nelson

Couverture du livre: Cheng Man-ch'ing and T'ai Chi: Echoes in the Hall of Happiness 0

Cheng Man-ch’ing and T’ai Chi

Echoes in the Hall of Happiness: une anthologie d’articles rédigés par Barbara Davis, Benjamin Lo, Russ Mason, Robert W. Smith, Nigel Sutton, Yizong Xi, Weiming Yuan et parus dans le ‘Journal of Asian Martial Arts’ sur Cheng Man Ching, l’homme et sa conception du tai chi chuan.

Portrait de Alexandro Jodorowsky 0

Métagénéalogie ; la famille, un trésor et un piège

Ce livre présente la nouvelle approche thérapeutique développée par Jodorowsky. Notre arbre généalogique nous impose ses limites, matérielles et psychologiques, un échange de peurs, de rancœurs, de frustrations et d’illusions. L’auteur propose de nombreux outils pour nous libérer de ces entraves. Une véritable méthode pour comprendre les causes familiales de nos enfermements et conditionnements.

Leçon de tuishou par Cheng Man Ching 0

La nouvelle méthode d’apprentissage personnel du Tai Chi Ch’uan selon Maître Cheng

Les deux axes principaux de l’engagement de Maître Cheng : l’un, d’inspiration confucianiste, est orienté vers la transmission la plus large possible des bienfaits du tai chi chuan, sans restriction de nationalité, de continent ou de sexe ; l’autre, d’inspiration taoïste, est orienté vers la recherche de l’épuration, de la douceur et du non-agir (無爲, wú wéi ).

Portraits de Yè Dàmì, Pú Bīngrú et Dīng Ránqīng 0

Pu Bingru et le Professeur Cheng

Après avoir vu le Tai Chi de Mlle Pu Bingru (1908-1998) sur une cassette vidéo il y a de nombreuses années, j’ai été frappé par la façon dont sa performance ressemblait étrangement à la forme du Professeur Cheng!

Cheng Man Ching 0

Œuvres de Cheng Man-Ch’ing exposées au musée Cernuschi en janvier 1964

Cheng Man-ch’ing s’est surtout consacré aux sujets des fleurs et des plantes, sachant toutefois réserver son talent aux scènes et aux paysages. Ne voulant point exploiter son art mais le servir, il étudia sur le tard la médecine et devint docteur pour gagner sa vie. Il joignit aussi a ses connaissances médicales une pratique soutenue de la boxe chinoise. Celle-ci demande comme la peinture une concentration préalable. Plus sans doute que tous ses contemporains, Cheng Man-ch’ing a poussé a l’extrême limite le rôle de la tension de l ’esprit.

Cheng Man Ching 0

鄭子太極拳十三篇卷上 – 鄭曼青

Cheng Man Ching écrit la première version de « 鄭子太極拳十三篇卷上 – 鄭曼青 » en 1946, le manuscrit ne sera publié qu’en 1950 à Taïwan. Il sera traduit en anglais par Benjamin Pang Jeng Lo et Martin Inn en 1985.