Rencontres avec le grand maître Cheng Man Ching


Ceci a été écrit pour être inclus dans un livre sur la vie et l’œuvre du grand maître Cheng Man Ching –  My Brief Encounters with Cheng Man-Ch’ing – et comment son influence et celle de son tai chi chuan ont affecté ma vie.

Judyth O Weaver
J’ai d’abord rencontré le grand maître  Cheng Man Ching à Chinatown, New York en 1968. Maggie Newman m’a amené le voir pour des soins. Je voulais rencontrer le professeur et étudier le  tai chi chuan trois ans auparavant, mais ce n’était pas possible pour moi à ce moment-là et j’ai bientôt quitté le pays pour vivre et étudier au Japon. À mon retour, après trois années d’étude  de danse classique japonaise, puis de méditation dans un monastère bouddhiste zen mes genoux étaient en très mauvais état. Je les avais d’abord abîmé en dansant quand j’avais 14 ans et au Japon on m’avait dit que j’avais besoin de trois interventions chirurgicales différentes (sur mes deux genoux?!).

J’avais rencontré Maggie dans le cours de danse classique japonaise à New York avant de partir pour le Japon, et quand je suis rentré et je l’ai rencontrée de nouveau au cours, elle a accepté de me faire rencontrer le professeur Cheng.

Son studio était au deuxième étage et mes genoux étaient si douloureux que je me souviens de m’être traînée dans les escaliers avec mes mains tirant l’une après l’autre sur la rampe. En général, j’ai dû attendre pour voir le professeur jusqu’à la fin de la soirée quand il avait fini de donner les cours d’épée. J’ai été très heureuse de le faire. J’arrivais souvent au début pour que pouvoir juste le regarder. J’ai particulièrement apprécié son sens de l’humour. Même s’il ne parlait pas anglais, il aimait plaisanter et jouer avec les étudiants.

Au début Ed Young a été mon interprète. Le professeur m’a demandé de quoi je me plaignais et je lui ai parlé de mes genoux. Il a pris un coussin de soie magnifique sur une petite boîte et me demanda de mettre mon poignet sur elle. Puis le professeur mit ses doigts légèrement sur mon poignet et ferma les yeux, j’ai vécu une expérience extraordinaire. Le contact que j’ai eu sur mon poignet du bout des doigts du professeur était le plus léger contact que j’aie jamais connu …. et en même temps il était le plus profond. Je pouvais le sentir me toucher tout du long vers les profondeurs de mon être. Je ne pouvais décrire la qualité du contact  que comme le touché pur et total de la main d’un enfant sur le sein de sa mère car cela  reste entièrement,  en toute sécurité, la complète essence d’être dans les bras de sa mère. Il était sublime.

Ouvrant les yeux au bout de quelques instants, le professeur a convenu que mes genoux étaient un problème, mais encore plus gênant, me dit-il, c’était mon dos (je ne lui avais pas dit que j’avais abimé mon dos sept ans auparavant). Il a également noté mes problèmes gastro-intestinaux dont je n’avais pas parlé, et il m’a dit que mes règles allaient arriver dans trois jours. « Oh, non,» protestai-je. Ce n’était pas encore le moment. Elles sont venus  au bout de trois jours, comme il l’avait prévu. J’ai été étonné.

Le professeur m’a dit qu’il allait me prescrire un médicament à base de plantes pour aider mon sang et mes intestins, et que si je ne  faisait pas quelque chose pour mon dos j’allais bientôt avoir une « tuberculose osseuse. » Il m’a dit que je devrais étudier le tai chi. Je lui ai répondu que j’aimerais le faire, mais je n’allais pas rester plus longtemps sur New York et que j’irai bientôt à San Francisco. Le professeur m’a dit que si je voulais étudier le taichi,  je devrais rechercher Patrick Watson à San Francisco et lui demander de me l’apprendre.

Je suis rentré de ce premier rendez-vous avec les herbes chinoises que le professeur m’avait prescrit accompagnées de raisins . Il m’avait dit que les herbes étaient si amères que les raisins secs pourrait m’aider à boire le médicament.) J’avais hâte de faire cuire les herbes en suivant les instructions.

Une chose étrange s’est passé comme je faisais cuire les herbes pour la première fois. J’ai eut des éructations, j’ai commencé à me sentir bizarre et j’ai du m’allonger pendant qu’elles cuisaient. Rien que l’odeur des herbes pendant leur cuisson m’affectait beaucoup. Ce n’est pas que l’odeur était si mauvaise … en fait, j’aurais pu l’aimer. Mais il y avait quelque chose dans l’odeur même de la concoction à base de plantes qui me travaillait déjà.  Une autre fois, je me suis senti à nouveau affecté par inadvertance et quand je me suis vu dans un miroir, j’ai vu que mes joues étaient exceptionnellement rose. Ce médicament à base de plantes que le professeur m’avait prescrit m’a travaillé sur plusieurs niveaux. J’ai gardé les ordonnances qu’il m’avait  prescrit sur des petits bouts de papier. Son écriture était si forte et si belle.

De retour à San Francisco, j’ai trouvé Patrick qui travaillait comme sauveteur à la YMCA. Il a dit que si je pouvais organiser un cours rempli d’élèves, il lui serait agréable d’enseigner. En peu de temps j’avais rassemblé assez de gens intéressés pour apprendre le tai chi et ce fut le début des cours.

JOWRXarmsCR.jpg

Je voulais étudier le tai chi chuan depuis de nombreuses années mais   il y avait pas de cours là où  j’habitai. J’ai beaucoup étudié le Tao Te Ching et le I Ching. Quand j’ai finalement déménagé à New York en 1957, j’ai cherché un bon cours de tai chi et j’ai fini par prendre quelques cours avec Sophia Delza. La forme qu’elle enseignait, pas plus que les autres cours que j’avais recherché,  n’avait  répondu à l’idée que j’attendais . Ce fus le cas jusqu’à ce que j’ai vu les cours du professeur et puis bien sûr que j’ai finalement commencé à étudier sa forme yang courte  et c’était vraiment la façon dont j’imaginais que le tai chi pouvait être. Chaque fois que je suis allé pour être traiter par le Professeur j’ai pu assisté heureusement à ses cours et observer son enseignement jusqu’à ce qu’il puisse me recevoir. Certains d’entre eux étaient des cours de tai chi chuan , la plupart d’entre eux étaient des cours d’épée. Parfois, quand j’arrivai au studio de Canal Street, il achevait une calligraphie ou un cours d’arrangement floral. Juste en regardant je pouvais sentir que c’était la forme telle que je l’avais imaginé, que c’était la façon dont je m’attendais à ce que le tai chi fut.

J’ai été très heureuse d’avoir trouvé le type de mouvement, le genre de méditation, le genre d’énergétique que je cherchais depuis si longtemps! J’avais été  danseuse moderne à New York et San Francisco avant de partir pour l’Asie. Au Japon, j’ai étudié la danse classique japonaise (la danse Kabuki ) ainsi que la danse des pièces du théâtre Nô et la cérémonie du thé, puis je suis entré dans un monastère bouddhiste zen et je me suis assi en Zazen pendant un an et demi. On pourrait dire que je suis passé de beaucoup de mouvement à beaucoup de calme. Le tai chi chuan est l’intégration finale des deux extrêmes pour moi …. immobilité dans le mouvement, méditation en mouvement. J’avais enfin trouvé pour moi l’intégration. J’étais émue et de retour à la maison!

J’ai recruté de nombreux étudiants pour Patrick. (Je voulais que les cours continuent!) Finalement, quand je me suis mariée et que j’ai déménagé à Big Sur pour y vivre et pour enseigner à l’Institut Esalen, j’ai arrangé les cours pour que Patrick puisse venir enseigner. C’est là qu’il a entendu parler de l’Institut Arica, et le reste fait partie de l’histoire de Patrick.

Pour ma part, j’ai pratiqué tous les jours. Au cours des étés 1970 et 1971, mon mari et moi étions à New York pour que je puisse aller à autant de cours que je pouvais à Shr Jung.

Quand je suis tombée enceinte en 1970, j’ai été ravie et j’ai estimé que le tai chi chuan serait mon soutien pendant ma grossesse. Sans aucun doute, je savais intuitivement que c’était le meilleur exercice pour moi pendant ce temps et que cela m’aiderait à rester souple et détendue, en contact avec les modifications que je devrai traverser. J’avais raison pour toutes ces intuitions.

C’était fascinant de sentir quotidiennement comment mon corps changeait et  mon ventre s’arrondissait et comme mon équilibre se modifiait pour répondre à tous ces changements. C’est la méditation quotidienne et le mouvement qui m’ont gardé en harmonie avec tout ce qui se passait et tout ce dont j’avais besoin pour réagir à cela.

Passer autant de temps que possible à Shr Jung alors que j’étais enceinte a été une expérience très favorable. Les cours étaient merveilleux et je n’ai jamais eu un problème avec mon corps en pleine mutation. J’étais sûre que c’était la meilleure activité pour moi pendant ce moment important, incroyablement puissant,  où tout le monde était utile et solidaire.

Je suis très petite,  je n’ai  jamais dépassé les 5 pieds, et le bébé que je portais fut très grand. Les gens m’arrêtaient dans la rue et me demandaient si je portais des jumeaux ou des triplés. Mon ventre avait anormalement grandi. On me disait que c’était comme si j’avais avalé une très grande pastèque. Pourtant, on m’a aussi dit que j’étais gracieuse et je me suis portée moi-même (et mon bébé) avec élégance. Le tai chi m’a était utile à bien des égards.

Je croyais être une mère terre et que mettre au monde me serait  très facile. Malheureusement, tout n’a pas fonctionné comme je l’espérais. Mais le tai chi m’a quand même aidé. Pendant que j’étais au travail et que j’ai eu mal au dos le tai chi m’a soutenu tout au long du processus. Chaque fois que je devais me lever et soulager ma vessie (ce qui a été très fréquent) j’ai fait la première partie de la forme et cela a soulagée la douleur. Le processus de l’accouchement s’est avéré être , en partie, une césarienne d’urgence, le médecin m’a dit que c’était parce que ma fille était très grande. Après ce choc il était temps de refaire du tai chi. Les professionnels de la santé ont été surpris de me trouver debout et de se déplacer et ont été surpris à mon rétablissement rapide et ma capacité à prendre soin de mon enfant, même si, immédiatement après une intervention chirurgicale majeure

JOWRuparmsE.jpg

Peu de temps après la naissance de ma fille nous avons déménagé dans une île éloignée en Colombie-Britannique, au Canada. Comme je n’avais pas pratiqué le tai chi chuan très longtemps, à peine un peu plus de deux ans,  je ne me suis pas senti en sécurité si loin d’un enseignant. Quoiqu’il en soit, chaque matin et chaque soir, dans les bois au nord, sans exception, j’ai continué ma pratique du tai chi. Et là, j’ai reçu quelques-unes des leçons les plus importantes. De temps à autre, comme je jouais ma forme, des questions venaient moi au sujet de l’un des mouvements. Je paniquait un peu et je m’inquiétais de savoir comment je pourrais continuer à jouer ma forme, car il n’y avait personne que je pouvais interroger. La réalité de ma situation était qu’il n’existait pas quelqu’un à qui  je pouvais demander et j’ai donc dû tout simplement continuer ma pratique. Sans échec, si je continuais à jouer honnêtement ma forme, avec conscience et ouverture, un jour ou deux plus tard,  les questions qui m’avais préoccupée recevaient une réponse.

La chose la plus intéressante pour moi sur ce point est que, plus tard, quand je suis retourné à New York à Shr Jung ou je travaillais avec certains des autres enseignants, à chaque fois qu’une question  était posée qui était l’une de celles que j’avais médité, les réponses que j’avais découvertes étaient les mêmes que celles des autres enseignants qui en avait entendu parler dans les cours et qui les répétaient. Ce fut une confirmation pour moi de l’intégrité de la forme de Cheng Man Ching.

L’été 1971, mon mari et moi avons passé un mois entier à New York pour que je puisse étudier avec le professeur de façon plus intensive. Malheureusement, le professeur a décidé de rester à Taiwan et je ne l’ai pas vu à ce moment-là. Je n’ai assisté à toutes les classes qui étaient possible de toute façon

La prochaine fois que je voyais le professeur ce fut l’hiver 1972-1973. Il était de retour de Taiwan et tant d’étudiants ont voulu prendre ses cours qu’un système de niveaux  a du être organisées. Comme j’étais à l’extérieur de la ville que je n’était pas une étudiante régulière à Shr Jung et que je n’étais pas au sommet de la liste pour participer aux cours, je fus autorisé à observer les cours. J’en ai été honorée et ravie.

J’ai reçu l’autorisation d’enseigner en 1971. Le tai chi chuan avait tant fait pour moi, j’étais heureuse d’être en mesure de le transmettre et de le partager avec d’autres. Maintenant, tant du point de vue d’un enseignant que celui d’un étudiant de la forme, j’étais très reconnaissant d’avoir eut la possibilité de regarder et d’observer le professeur enseigner.

À ce moment-là, de nouveaus, j’ai vu régulièrement le professeur pour les soins. J’étais de nouveau enceinte et il y avait des difficultés et des dangers pour lesquels il m’a traité. Il a également pris soin de ma fille. Elle détestait la médecine par les plantes. Il m’a fallu une demie-journée pour essayer de lui faire boire son médicament. La deuxième moitié de la journée a été consacrée à Shr Jung. Le professeur a toujours été très gentil avec ma  fille de deux ans. Il lui a permis d’être à l’école, de courir et de jouer. Finalement, quelqu’un a apporté un parc dans lequel elle pouvait rester et qui ont rendu mon séjour là-bas beaucoup plus facile.

C’était merveilleux nouveau pour moi d’être en mesure de regarder le professeur enseigner et jouer  nuit après nuit,  la poussée des mains. Etre en sa présence fut une grande expérience pour moi. J’aimais juste le regarder marcher autour du studio.

Vers la fin de mon séjour à New York cet hiver là j’ai pensé que si je pouvais demander au professeur s’il n’y avait quelque chose je pourrait lui proposer pour seulement 15 minutes de temps privé, j’espèrais que  je pourrais obtenir quelques conseils déterminants pour ma forme. J’étais très sérieuse au sujet de l’enseignement et je voulais être aussi fidèle que possible à sa forme. Je voulais réellement que le   professeur voit ma  forme et obtenir quelques conseils de sa part. Tam Gibbs était mon traducteur à l’époque et je lui ai demandé de demander au professeur pour moi. Ce que j’ai obtenu en réponse à ma demande n’était pas le temps privé que j’avais espéré. (Je réalise maintenant que c’était une demande déraisonnable que je faisais et combien tant d’autres auraient aussi aimé faire la même chose.) Mais ce que j’ai reçu a certainement été solide, un soutien clair pour moi au fil des années. Ce due Tam traduisit disait: «Détendez-vous, mettez votre esprit dans votre Dan Tian et vous ferez des progrès. » Ceci, bien sûr,  m’a été très utile durant toutes ces années.

Je suis rentrée à la maison avec les médicaments prescrits par le professeur et les instructions de ce qu’il fallait faire après la naissance de mon bébé et je devais revenir le voir après la naissance

JOWLeftMtCR.jpg

Cette fois,  j’ai enseigné régulièrement pendant ma grossesse. Les gens ont été surpris de voir que je pouvais faire facilement la forme avec ma taille qui augmentait de manière importante. Les postures telles que «le coq d’or debout sur une patte » et « le serpent qui rampe vers le bas » n’étaient pas plus difficile parce que j’étais enceinte, en fait, la concentration du poids  et de l’équilibre dans et autour de mon dan tian m’ont beaucoup aidé pour faire ma  forme et pour me centrer. Et l’exécution régulière du tai chi chuan, matin et soir tous les jours, ont contribué à ma santé, mon énergie, ma souplesse et ma force comme pour mon état d’esprit. J’ai encore enseigné le tai chi peu de jours avant d’accoucher.

Une fois de plus, le soutien du tai chi fut important pendant le travail et l’accouchement et également après la naissance. J’ai essayé de donner naissance naturellement, mais j’ai du recourir à une césarienne d’urgence, j’étais sur mes pieds dès le premier jour après la naissance, pratiquant le tai chi, même en restant attaché aux tubes et aux accessoires médicaux. Les professionnels de la santé se sont étonnés que ma guérison fut  plus rapide que celle de ma colocataire qui avait connu une naissance plus normale et plus facile.

Deux semaines après la naissance de mon fils nous nous sommes envolé de la Californie vers New York pour que le professeur puisse nous voir. C’était la première fois que j’ai entendu le professeur parler anglais. Il a regardé mon fils vieux de deux semaines et lui a dit: « T’ai chi bébé. T’ai chi bébé. « Ce fut aussi la dernière fois que je voyais le professeur.

En Juin 1973, il faisait très chaud à New York. Le professeur a donné des conférences auxquelles  j’ai eu la chance d’assister. Je me souviens de lui qui regardait autour et riait de tous ceux qui se trouvaient moux et moites. Il a dit que la pratique du tai chi nous aiderait, les étudiants à avoir frais en été et chaud en hiver.

J’ai encore ces notes de conférences. Quand  je les lis aujourd’hui elles ne cessent de m’inspirer et de m’instruire.

Je me considère très chanceuse d’avoir rencontré le Grand Maître Cheng Man Ching-et d’avoir pu étudier sa pratique magnifiquement simple.

Mes genoux qui avaient besoin de chirurgie n’ont  jamais été opérés. Le tai chi chuan nous a renforcé et soutenu eux et moi. Cela m’a appris comment les utiliser ainsi que tout mon corps et mon esprit – ma vie – beaucoup plus sainement et de manière bénéfique. Ma santé dans son ensemble, mon bien-être et ma vie ont tous été profondément touchés par le Tai Chi Chuan.

J’ai de nombreuses années d’étude et de pratique dans le travail de l’énergie, le mouvement et des domaines connexes. J’ai vu beaucoup de différentes formes de tai chi chuan. De mes propres expériences à l’intérieur et à partir de ce que je vois à l’extérieur de moi-même et de mes étudiants, physiquement et émotionellement, je considère la forme yang courte du grand maître Cheng Man Ching  comme la forme la plus énergique et correcte,  structurellement et fonctionnellement  dans le monde . Chaque jour, dans ma pratique, j’ai appris quelque chose, je suis chaque jour de plus en plus en plus impressionnés par cette forme spécifique et ses avantages considérables pour la vie à tous les niveaux. Je serai toujours reconnaissant à notre merveilleux professeur et à l’héritage grandiose que nous avons reçu de lui.

© 2003 Judyth O. Weaver, Ph.D.
Tous droits réservés

 

JOWRKickE.jpg

Sophia Delza (1903 – 1996)  fut une célèbre danseuse, qui avait eut, de la fin des années 40 au début des années 50, la chance de devenir une étudiante de Ma Yueliang en Chine. Après son retour aux Etats-Unis, elle est devenue une pionnière dans l’enseignement du tai chi chuan.

Photo du profil de Nuage~Pluie

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire