Métagénéalogie ; la famille, un trésor et un piège

Extrait

Un jour. comme j’achetais des traités dans une librairie ésotérique. le propriétaire me reconnut et entama la conversation avec moi. Il évoqua un sage chinois, résidant à New York, qui enseignait le tai-chi-chuan et la calligraphie mais donnait en outre des consultations gratuites, une fois par semaine, aux habitants du quartier chinois, en appliquant la médecine orientale. Il s’appelait Cheng Man Ch‘ing. mais ses élèves le surnomnaient Whisker Man. l’« homme à la barbichette ». Je le découvris dans l‘antichambre d’un gymnase, assis devant une table recouverte d‘un petit coussin. Il auscultait gratuitement les malades et leur demandait quels étaient leurs symptômes tout on prenant leur pouls aux deux poignets.

Après quelques heures de queue derrière une cinquantaine de consultants. je m’assis devant ce beau vieillard. Il émanait de lui une bonté puissante. Il me regarda comme s’il me connaissait depuis longtemps, palpa mes poignets et me demanda que! étant mon problème. « La nuit, je n’arrête pas de transpirer », lui dis-je.

Il me fixa un moment. les yeux dans les yeux, puis me posa cette question inattendue « Quel est votre but dans la vie? »

Troublé, et avec un manque de respect dont je ne tardais pas à me repentir. je rétorquai:  « Je suis venu vous demander un remède contre la transpiration, pas, pour discuter philosophie. »

Sans se démonter. il me répondu calmement : « Si vous n’avez pas de but dans la vie. je ne peux pas vous guérir. »

Ces paroles produisirent en moi une commotion psychologique. La première chose qui me vint à l’esprit fut : « Je veux terminer mon film. » Mais Je sentis tout de suite à quel point ce désir était contingent. Il se transforma en : « Je veux avoir du succès et triompher dans le monde entier. » Ce but-là s’effondra à l‘instant même où je réalisai qu‘il était le produit de ma névrose sociale. Je pensai alors : « Trouver une femme qui m’aime el fonder une famille heureuse… »

Pendant ces quelques secondes. face au sage. je pris conscience que tous les buts qui me poussaient à agir. consommant mon énergie physique et spirituelle. étaient une quête de tout ce dont ma famille m’avait privé.

Description de l’ouvrage

Qu’est-ce que la métagénéalogie ? Pourquoi ne pas parler plutôt de psychogénéalogie, puisque ce mot est à la mode ?
Le vocable psychogénéalogie a été inventé par Alexandro Jodorowsky au début des années 1980. Depuis lors, l’usage s’en est vulgarisé au point de recouvrir des pratiques extraordinairement variées. Les unes relèvent de la psychologie « pure et dure »; les autres de la médiumnité la plus invérifiable.
A l’écart de ces deux extrêmes, la métagénéalogie se propose de réconcilier les apparents contraires, en se situant précisément à leur point de jonction : là où l’irrationnel collabore avec le rationnel, où la science danse avec l’art, où « clairvoyance » signifie aussi bien « intuition » que « lucidité ».
Cet ouvrage se propose de résumer et présenter de manière accessible les trente-cinq années de recherches et de découvertes menées par Alexandro Jodorowsky sur l’arbre généalogique.
Solidement ancrée dans les théories psychologiques et scientifiques de son temps, la métagénéalogie reflète le parcours artistique d’une vie entière, et la quête insatiable de sens qui l’anime.
Plutôt qu’un manuel, nous nous sommes proposé d’écrire le roman d’une double initiation : celle, déjà accomplie, de l’inventeur de la métagénéalogie, et celle, en devenir, de qui voudra bien se prêter au jeu et entamer avec nous ce chemin de la reconquête de son identité véritable.

Marianne Costa

 

 

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire