Les six harmonies

六和

liù hé

De petites améliorations posturales ont un énorme impact sur notre santé, notre pratique, nos capacités martiales, notre état mental, la structure de notre énergie interne et sa circulation. Pour améliorer notre posture nous pourrions suivre un traitement chiropratique ou une thérapie comme le Rolfing ou la  méthode Mézières.

Représentation petit garçon - Rolfing

Le Rolfing, créé par Ida Rolf, est une technique de travail corporel en profondeur qui a pour but de remodeler le corps en le replaçant sur son axe central. Elle agit en rééduquant la posture et le mouvement. Cette approche stipule, comme l’ostéopathie, que la structure gouverne la fonction. Ainsi, la santé des diverses fonctions corporelles dépendrait, pour une bonne part, de la santé de la structure musculo-squelettique.

La méthode Mézières consiste à retrouver dans le déséquilibre général de toute notre musculature le ou les muscles contacturés ou raccourcis, à travailler ces muscles dans leurs manifestations pathologiques dans le but de faire lâcher leurs tensions et de redonner à ceux-ci leur longueur originelle afin de rendre au corps sa forme harmonieuse: le mouvement c’est la vie, toute les structures anatomiques sont en mouvement les unes par rapport aux autres, la structure détermine la fonction, l’homéostasie qui est la faculté de l’organisme à s’équilibrer et à s’autoréparer

Anatomie humaine

Mais heureusement le pratiquant du tai chi chuan bénéficie de merveilleux outils pour évaluer et améliorer sa posture.

La plupart des admonestations qui sont inclus dans les classiques du tai chi chuan sont souvent des répétitions de la vieille tradition des six harmonies et ne sont pas nécessairement spécifiques au tai chi chuan. Les styles internes (内家拳 nèijiā quán) fondent leur façon de se déplacer sur celle des six harmonies, étant entendu que il y a bien sûr des variations mineures, mais pas de différences essentielles.  Le tai chi chuan est l’un des arts qui utilisent pleinement les six harmonies.

Les six harmonies sont souvent résumées comme étant composé de trois harmonies internes (三内和,  sān nèi hé) et de trois harmonies externes (三外和,  sān wài hé). La quintessence des trois harmonies internes repose sur l’utilisation de l ‘intention ( 意, yì), pour amener le pouvoir à partir du sol ou de la gravité en un endroit du corps. Les trois harmonies externes décrivent comment toutes les parties du corps son reliées entre elles comme une seule entité dirigée à partir du dantian, de telle sorte que main et pied soient reliés longitudinalement par du tissu conjonctif.

Chaque structure de corps est enveloppé dans le tissu conjonctif, ou fascia, créant une continuité structurelle qui donne la forme et la fonction à tous les tissus et organes. Le continuum aponévrotique est essentiel pour transmettre la force musculaire, la coordination motrice correcte et pour préserver les organes dans leur site; le fascia est un instrument essentiel qui permet à l’individu de communiquer et de vivre de façon autonome.

La tradition chinoise veut que le fœtus dans l’utérus se déplace avec le mouvement naturel des six harmonies, mais qu’après la naissance, ce mouvement se perd pour devenir notre mouvement habituel. On doit ré-apprendre le mouvement des six harmonies, ce mouvement n’est pas intuitif; il doit être appris.

Pour bien fonctionner, le corps doit être harmonieux, équilibré, symétrique tel que la nature l’a conçu originellement. Chaque élément anatomique doit être libre dans ses mouvements propres et dans les mouvements liés à la dynamique générale. Toute lésion, à quelque niveau que ce soit, aura un retentissement sur le corps entier… C’est la forme harmonieuse qui détermine la fonction harmonieuse.

Ainsi, le mouvement en fonction des six harmonies représente le mouvement idéalisée du corps humain, conformément à ses configurations naturelles. La théorie de l’acupuncture de la médecine traditionnelle chinoise adhère également à cette idéalisation de l’écoulement naturel de la force à travers le corps.

Les chinois considèrent que la force du corps se déploie principalement le long de voies reliées impliquant un ensemble de muscles, tendons et tissus conjonctifs, structuré par le squelette. Ces voies relient longitudinalement le haut et le bas. Les chaînes musculaires yin sont impliqués dans la descente et la fermeture du corps. Les chaînes yang sont impliqués dans le mouvement de la terre vers le haut et vers l’extérieur, dans l’ouverture du corps.

L’utilisation isolée, de la force ordinaire dilue ou entrave l’écoulement de la force de l’appui au sol vers le haut et de la force de gravité vers le bas. Ce sont nos tensions qui entrave  l’écoulement de la force,  d’où l’exigence d’un corps qui soit détendu, mais également connecté.

Dans le corps humain, l’avant du corps et la face inférieure des membres se contractent  de manière analogue à la face inférieure d’un guépard ou chien lévrier en train de courir, les jambes se plient ensemble, aidées par l’amortissement du poids du corps qui résulte de la pesanteur. En d’autres termes, les chaînes musculaires  le long de l’avant du torse et de la face inférieure et intérieure-latérales des membres reflètent généralement une contraction. Le dos du corps s’étend comme la solidité du sol est poussé en lui, de la même manière que le dos d’un guépard en train de courir à l’extension la plus ample. Ainsi, les chaînes musculaires postérieures et postéro-latérales,reflètent généralement l’expansion, l’élévation et l’extension.

Le buste du corps reflète normalement l’expansion le long du dos et la contraction sur le devant, comme dans l’exemple de guépard en train de courir ci-dessus, de sorte que les directions d’écoulement du souffle (氣: qì) pour les orbites microcosmique et macrocosmique peuvent se comprendre si on pense à l’expansion et à la contraction du corps et aux pouvoirs de la terre et de la gravité.

  • 三,  sān: trois, 3
  • 六,  liù: six, 6
  • 和,  hé: et, avec, harmonie, paix, union, aimable, doux, harmonieux, concilier
  • 外,  wài: extérieur, étranger
  • 内,  nèi: intérieur, dans, dedans, au sein de
  • 心,  xīn: coeur, pensée, esprit, intention
  • 意, yì: ce qui vient de la profondeur d’un être, l’élan, le désir, l’intention, l’inclination, le sens
  • 真,  zhēn: vraiment, réellement, vrai, véritable
  • 真心, zhēn xīn: sincère, de tout son coeur
  • 真意, zhēn yì: intention pure, intention réelle, vrai sens, interprétation correcte
  • 志, 誌, zhì: ambition, idéal, annales
  • 意志, yì zhì: volonté, détermination, intention
  • 明,  míng: brillant, clair, comprendre, vue, distinct, net, ouvert, public, explicite, prompt, leste, prochain, suivant, ouvertement
  • 意明, yì míng: vision claire
  • 力,  lì: force, vigueur, puissance, capacité, s’efforcer de, faire tout son possible, de toutes ses forces, de son mieux, 19e radical

Les cyrenayens tenoient que rien n’estoit perceptible par le dehors, et que cela estoit seulement perceptible qui nous touchoit par l’interne attouchement, …

Coordination des six harmonies

Les harmonies sont décrites, en particulier, dans « Le poing des six harmonies » par Dai Longbang (戴龍邦: Dài Lóngbāng). Dai Longbang fut un maître des arts martiaux internes qui vécu au 18e siècle. Sa famille a cultivé et développé le Poing de la forme et de l’intention (形意拳: xíng yì quán).

Coordination ou harmonisation  font référence au fait que la posture soit juste et à ce que les différentes parties du corps se  meuvent à l’unisson.

Les trois harmonies externes

三外和,  sān wài hé

L’idée essentielle des trois harmonies externes est que le corps se déplace comme une unité connectée de telle sorte que le mouvement de la cheville est liée au mouvement du poignet; le mouvement du genou à celui du coude, le mouvement de la hanche à celui de l’épaule, tous ces éléments étant reliés à travers le torse. Dans le tai chi chuan, on est d’abord préoccupés par l’alignement de la hanche et de l’épaule parce que les deux autres harmonies seront tributaires de cet alignement structurel primaire.

Les mains en harmonie avec les pieds

Les orteils pointent dans la direction que la main; le pas et la frappe ou la saisie arrivent en même temps. Un bon alignement des mains et des pieds conduit à des poussées ou des frappes lourdes où le soutien de la terre se fait sentir plutôt que la force du bras.

Les hanches en harmonie avec les épaules

Les épaules sont alignés sur les hanches. La puissance de rotation est généré par les hanches et réalisée par le torse. On privilégie un mouvement du torse sur celui du bras, en gardant une posture droite.

Les coudes en harmonie avec les genoux

Les coudes se plient et se déplient à l’unisson.

Les trois harmonies internes

三内和,  sān nèi hé

La coordination interne, l’harmonie, est tributaire de la coordination externe. Coordonner les harmonies internes c’est mettre l’intention et la volonté, le cerveau et le cœur, derrière le mouvement.

L’idée essentielle des trois harmonies internes est que l’expression de la force dans le corps est une fonction de l’esprit. Le désir, la volonté du cœur (心: xīn) de faire quelque chose déclenche l’intention (意: yì); l’esprit déplace le souffle (氣: qì) ; le souffle précède l’expression de la force (力:  lì) .

Le cœur en harmonie avec l’intention

心意

Le cœur en paix permet de poser son esprit avec une seule intention.

真意

Un jeune homme qui habitait au bord de la mer aimait beaucoup les mouettes. Tous les matins, il allait sur le rivage pour jouer avec elles et les mouettes arrivaient par centaines sans hésiter. Un jour, le père du jeune homme lui dit : On m’a dit que les mouettes jouent familièrement avec toi. Prends-en quelques-unes et apporte-les moi pour que moi aussi je puisse jouer avec elles. Le lendemain, le jeune homme se rendit au bord de la mer : les mouettes jouèrent dans les airs au-dessus de lui, mais aucune ne descendit.

L’intention en harmonie avec le souffle

意氣

Le degré d’intention déterminera le degré de concentration.

Par le moyen de l’unique trait de Pinceau, l’homme peut restituer en miniature une entité plus grande sans rien perdre : du moment que l’esprit s’en forme une vision claire (yiming), le pinceau ira jusqu’à la racine des choses

Dans la pensée traditionnelle chinoise, la puissance énergétique de l’intention et de l’imagination est considérée comme plus importante que la volonté (誌: zhì). C’est par la relation intentionnelle, que l’on donne un sens au monde que l’on perçoit, en  se projetant de manière créative en lui.  Les praticiens des arts internes ont besoin d’avoir une fine conscience de ce souffle agissant en eux.

Le souffle en harmonie avec le mouvement

氣力

Votre posture est bonne, vous êtes concentré et choisissez de de vous mouvoir, le mouvement est là.

Étrange planète, que chacun de nous a été. L’homme est un enfant qui a mis une vie à se restreindre, à se limiter, à s’éprouver, à se voir limité, à s’accepter limité. Adulte, il y est parvenu, presque parvenu. L’Infini, à tout homme, quoi qu’il veuille ou fasse, l’Infini, ça lui dit quelque chose, quelque chose de fondamental. Ça lui rappelle quelque chose. Il en vient…

Médiagraphie

Chi Kung la Chemise de Fer de Mantak Chia chez Guy TredanielChi Kung la Chemise de Fer de Mantak Chia chez Guy TredanielAforismi scientifici osteopatici de Bruno D. Bordoni et Emiliano Zanier chez CavinatoAforismi scientifici osteopatici de Bruno D. Bordoni et Emiliano Zanier chez CavinatoLes chaînes musculaires et articulaires de Godelieve Struyf-Denys chez ICT GDS Les chaînes musculaires et articulaires de Godelieve Struyf-Denys chez ICT GDS Les propos sur la peinture du moine Citrouille de Shitao, traduction de Pierre Ryckmans chez PlonLes propos sur la peinture du moine Citrouille de Shitao, traduction de Pierre Ryckmans chez PlonEssais de Michel de Montaigne, sous la direction d'Emmanuel Naya et de Delphine Reguig-Naya chez Folio dans la collection ClassiqueEssais de Michel de Montaigne, sous la direction d'Emmanuel Naya et de Delphine Reguig-Naya chez Folio dans la collection ClassiqueLes Grandes Epreuves de l'esprit de Henri Michaux chez Gallimard dans la collection BlancheLes Grandes Epreuves de l'esprit de Henri Michaux chez Gallimard dans la collection Blanche

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire