Le fajin de la famille Yang

La production, la projection ou l’explosion de la force (發勁 : fā jìn) est une compétence classique du tai chi chuan qui a été pratiquée et développée par les maîtres de tai chi chuan depuis la fondation de cet art jusqu’à nos jours.

Couverture de l'ouvrage de Li Ya Hsuan sur le tuishou

Li Yaxuan 李雅轩, un élève de Yang Jianhou 楊健侯 (1839-1917) et de Yang Chengfu 楊澄甫 (1883-1936), évoque dans un article le fajin de la famille Yang. Il dit de lui-même qu’il utilise de nombreux étranges changements , ce qui le rend difficile à suivre, que son jin est rapide comme la lumière, qu’il n’aime pas seulement jouer coller et encercler.

Yang Luchan, 楊露禪, (1799-1872) Le fajin de Yang Luchan, 楊露禪, (1799-1872) était vide, l’adversaire ne savait pas ce qui lui était arrivé ni comment le jin avait été libéré. Son jin était si perfectionné qu’il fut désigné comme mystérieux.
Portrait de Yang Banhou Le fajin de Yang Banhou 楊班侯, (1837-1890) était soudain, comme un éclair sans pluie, sortant de nulle part avec les sons de «Pa!». Ce fajin envoyait l’adversaire très loin, plusieurs zhang (1 zhang = 3,3 mètres). Sa force (劲: jìn ) laissait les gens endoloris et blessés.
Portrait de Yang Jianhou Yang Jianhou 楊健侯 (1839-1917), aurait utilisé un toucher plus léger, l’énergie d’adhésion  (粘: zhān ) était tellement élevé que les gens ne pouvaient pas se déconnecter, puis ils étaient libérés soudainement comme peut l’être la flèche d’un arc.
Portrait de Yang Shaohou Le jin de Yang Shaohou 楊少侯  (1862-1930) n’était pas spontané mais relâché, détendu (松: sōng ) à l’extrême et rapide sans comparaison. Ses capacités corporelles étaient mystérieuses et trompeuses,  apparaissant et réapparaissant comme un fantôme, trompant ses adversaires pour qu’ils n’aient aucune idée de ce qui se passait ou comment ils pouvaient se défendre jusqu’à ce qu’ils succombent à son jin avant même  de s’en apercevoir.
Portrait de Yang Chengfu Yang Chengfu 杨澄甫 (1883-1936) émettait  une force puissante et soudaine à partir du dantian. Avant d’émettre (发: fā) il y avait une volonté profonde; quand il émettait, il était comme Guan Yu 關羽 décollant une tête d’un seul coup …
Wu Hui Chuan utilisait un sōng avec une énergie élastique préférant utiliser peu de jin pour projeter ses adversaires. En tant qu’étudiant de la famille Yang, il ne perdit pas la face. Ses étudiants pouvaient produire un jin long, à la fois sōng et coulé, pas mal.
Portrait de Cui Yishi Cui Yishi 崔毅士 (1892–1970) avait un fajin habile à la fois sōng et coulé. Avant d’émettre il inspirait une fois et utiliser un jin élastique. Son sōng était jin et élastique, propulsant son adversaire au loin.  L’adversaire émettait un son comme si le le vent l’avait frappé lors de la libération du jin. Ceci est le kung-fu du qi frappant le qi.
Portrait de Dong Yingjie Dong Yingjie 董英杰 pressait  ses adversaires de droite à gauche, d’avant en arrière,  jusqu’à ce qu’ils tombent vaincus.
Portrait de Cheng Man Ching Cheng Man Ching  鄭曼青 (1901-1975) aurait utilisé un toucher lumineux et une énergie de collage particulière, pénétrant ses  adversaires  avant de les projeter avec jin. Il était petit mais avait du gong fu et du courage et était habile à pénétrer la défense de ses adversaires.
Portrait de Tian Zhaolin Le gong fu de Tian Zhaolin 田兆麟 (1891 – 1960) était doux et pénétrant, brisant ses adversaires comme si ils avaient été renversés, entre autres compétences.

Wang Yongquan 汪永泉 (1903~1987) a commencé à apprendre le tai chi chuan dans la famille Yang quand il avait 7 ans, son maître était Yang Chengfu, mais lorsqu’il apprenait le tai chi chuan dans l’ancienne maison de la famille Yang, il eut l’occasion unique d’obtenir également des instructions précieuses du père, Yang Jianhou (杨建 候) et de son frère de Yang Shaohou.

Tung Huling, (1917-1992), né au cours de l’année du Tigre, il fut surnommé Tigre (虎:Hǔ) des Montagnes ( 岭: lǐng) Il reçu tout l’enseignement de son père Yingkié. Tung Yingkié (1886-1961) eut comme premier maître Li Hsiangyuan qui lui enseigna la forme Hao puis il fut l’élève de Yang Cheng-Fu.

Ma Yueliang 馬岳樑 (1901-1998)  était le disciple principal de Wu Chienchuan, le fondateur du tai chi chuan de style Wu , et a épousé la fille de Wu Wu Ying-hua en 1930.

Fang Ning, un élève de Cui Yi Shi

Démonstration de  fajin de Chu Hong Ping (1917-2013), élève de Cheng Man Ching, lors de sa démonstration en Italie au troisième forum européen Cheng Man Ching, en 2006. Chu Hong Ping fut également l’un des professeurs de William Nelson que l’on voit ici aider le partenaire projeté à chevaucher le dragon.

Photo du profil de Nuage~Pluie

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire