La baguette et la fourchette

Les tribulations d’un gastronome chinois en France

Dans le livre Discours des royaumes, on trouve une conversation entre Shibo et le duc Huan (?-771 av.J.C.) de Zheng: L’harmonie engendrera la fécondité, l’identité provoquera la stérilité. Cette harmonie, résultant d’un mélange de choses différentes, permettra une prospérité du monde et le ralliement de tous les peuples. Si l’on met deux choses identiques l’une à côté de l’autre , on n’obtiendra aucun résultat… La musique ne vient pas de sons identiques, la cuisine ne consiste pas en saveurs identiques, la référence n’est pas obtenue par la comparaison des choses identiques.

Présentation de l’éditeur

Jeune Chinois et fin gourmet, Yu Zhou a rêvé pendant son enfance de grande cuisine et de plats raffinés – des pensées interdites dans une idéologie communiste où ces plaisirs culinaires étaient contre-révolutionnaires. Etudiant à l’université, il décide de partir à l’aventure dans l’Eldorado de la gastronomie : la France. Il finance ses tournées au restaurant en donnant des cours de chinois et se rend vite compte que l’art de la cuisine est le meilleur lien entre les civilisations. Un jour qu’il préparait une tasse de yunnan pointes d’or, un thé extrêmement délicat et précieux, à un ami français, Yu Zhou lui raconte comment les Chinois, devenus récemment consommateurs de vin et de grands crus français, ajoutent systématiquement du Sprite dans leur verre pour supporter le goût d’un Bordeaux ou d’un Bourgogne, trop exotique pour leur palais. Son ami s’offusque et lui réclame du lait et du sucre pour son thé… une association aberrante pour un Chinois.
Depuis, il explique la Chine aux Français à travers des histoires liées à la cuisine : pourquoi ce qui est jugé « fade » ici a une si délicieuse saveur là-bas ? pourquoi les raviolis sont-ils meilleurs que les sandwiches ? Qu’y a-t-il dans une « soupe de perles, d’émeraude et de jade blanc » ?

 

Photo du profil de Nuage~Pluie

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire