Équinoxe de printemps

春分

chūn fēn

L’équinoxe de printemps (春分,  chūn fēn) est le quatrième des exercices saisonniers du dao yin assis selon les vingt-quatre périodes.

Chūnfēn est le quatrième des 24 nœuds du souffle (節氣, Jiéqì) dans les calendriers traditionnels d’ Asie orientale. Dans le calendrier grégorien , cette période commence habituellement vers le 20 mars et se termine vers le 4 avril.

Chaque période solaire peut être divisé en 3 pentades (候, hòu):

  • Les oiseaux sombres arrivent (玄鳥至, xuán niǎo zhì), ce sont les hirondelles qui migrent vers le nord.
  • Les grondements du tonnerre (雷乃發聲, léi nǎi fā shēng) signalent l’apparition des orages de printemps.
  • Le début des éclairs (始電, shǐ diàn) fait aussi référence aux orages , mais également à l’allongement progressif de la journée, et à la prévalence de la lumière solaire.
 Illustration de l'équinoxe de printemps, le quatrième des exercices saisonniers du dao yin assis selon les vingt-quatre périodes
每日丑、寅時,伸手回頭,左右挽引,各六七度,叩齒六六,吐納漱咽三三。

L’exercice se pratique tous les jours (每日, měi rì) de la période chūn fēn de 3h à 5h (寅时, yín shí), à l’heure du bœuf (醜, chǒu) ou de 5h à 7h, à l’heure du lièvre (戼, mǎo).

Tendre les mains à hauteur des épaules, paumes tournées vers l’avant (伸手回頭), tourner la tète gauche, puis à droite en alternance (左右挽引) quarante-deux fois (各六七度). Claquer les dents trente-six fois (叩齒六六), respirer par le nez profondément neuf fois, rincer et avaler neuf fois (吐納漱咽三三).

胸臆肩背經絡,虛勞邪毒,齒痛、頸腫、寒栗、熱腫、耳聾、耳鳴、耳后肩臑肘臂外背痛、氣滿、皮膚殼殼然堅而不痛、痰癢。

Enlève le souffle pervers (虛勞邪毒) de la poitrine (胸臆) ou le souffle pervers qui bloque les méridiens (經絡) dont le trajet passe par les épaules (肩) et par le dos (背): douleur des dents (齒痛), douleur du cou, sensation de gonflement du cou (頸腫), surdité (耳聾), bourdonnements d’oreille (耳鳴), douleur derrière les oreilles,  douleur  des épaules des bras, des coudes, rhumatisme de l’épaule (耳后肩臑肘臂外背痛), peau qui s’épaissit, démangeaison, sensation de gonflement sous la peau (皮膚殼殼然堅而不痛), toux, asthme, difficultés respiratoires, oppression thoracique (痰癢), rhumatisme de l’épaule.

Mediagraphie

Les exercices secrets des moines taoistes de Kim Tawn chez Guy TrédanielLes exercices secrets des moines taoistes de Kim Tawn chez Guy TrédanielLa Médecine chinoise: Santé, forme et diététique de Jean-Marc Eyssalet et Evelyne Malnic chez Odile Jacob dans la collection santé bien-êtreLa Médecine chinoise: Santé, forme et diététique de Jean-Marc Eyssalet et Evelyne Malnic chez Odile Jacob dans la collection santé bien-êtreSouffle et énergie de Michel Angles, MianSheng Zhu), Siavoch Darakchan aux éditions du Rouergue dans la collection Sante en chine

Photo du profil de Dominique Clergue

Dominique Clergue

Troisième dan Aïkikaï de Tokyo, professeur de la FEQGAE - Union Pro Qi Gong et de la Fédération des Écoles Cheng Man ching, Dominique a créé l'école Nuage~Pluie en 1998.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Des illustrations toujours magnifiques, merci Dominique !

  2. A votre avis , les techniques de Dao yin yang sheng gong pour retrouver les souffles sont – elles plus puissantes que les techniques pures de visualisation et de respiration employées dans les Qi gong ?
    L’une ou l’autre ou les deux auront peut – être plus d’impact sur l’interne ou l’externe ?
    Merci
    jl S

  3. Je ne suis pas sur de comprendre l’expression « retrouver les souffles ».

    Les termes de dao yin et de qi gong sont souvent utilisés avec des contenus différents selon les maîtres ou les auteurs.
    Pour ma part je retiens la définition qu’en donne Philippe Che dans une note sur sa traduction du chapitre XIII du Baopuzi neipian de L’art de cultiver la vie selon Ge Hong :
    « Daoyin 導引, littéralement, « diriger et conduire », pratique gymnique destinée à étirer muscles et tendons et à assouplir les articulations afin de favoriser la circulation du sang et du qi, complément indispensable aux exercices respiratoires tuna 吐納 et xingqi 行氣 (circulation du souffle) mentionnés plus bas. C’est cet ensemble de pratiques que l’on désigne sous le terme moderne de qigong 氣功 …».
    Donc je n’opposerai pas daoyin et qi gong. Dans ma pratique, étirements, déblocage articulaire, respirations et circulation des souffles sont complémentaires.
    On dit que l’on passe de l’externe à l’interne, je privilégie les qi gong qui sont très incarnés au départ et qui permettent de passer peu à peu à un ressenti affiné de la circulation des souffles.

    Je cite Ge Hong: « Si l’on parvient à prévenir le déclin du souffle originel, à faire que le corps et l’esprit se protègent l’un l’autre, rien ne peut plus vous atteindre»

    La vision chinoise place l’homme entre le ciel et la terre, c’est à dire qu’il participe des deux de la matière, de l’incarnation et du subtil, de l’esprit.

    L’impact à mon sens dépendra surtout de la conscience que je pose sur moi et sur mes actes, de la qualité et de la clarté de mon intention, et de la tranquilité, du calme de mon coeur et de mon esprit.

Laisser un commentaire