L’entraînement du tai chi chuan

Les programme d’entraînement des différentes formes de tai chi chuan varient dans le nombre de leurs postures et dans le temps requis pour effectuer l’enchaînement. La forme Yang classique comprend 108 postures avec quelques séquences répétées.

Le professeur Cheng Man Ching en propose l’étude en 37 postures.

Le tai chi chuan propose toute une gamme de pratiques depuis un niveau élémentaire jusqu’à un niveau avancé.

L’enchaînement

套路, tào lù

La pratique la plus importante est l’étude de la forme du tai chi chuan. Elle peut être pratiquée de différentes façons: rapide ou lente, avec ou sans pause, seul ou en harmonie avec un groupe, etc. Chaque posture peut être pratiquée comme une posture statique. La forme est au cœur de la pratique du tai chi chuan et doit être pratiquée plusieurs fois par jour en particulier le matin.

La poussée des mains

推手, tuī shǒu

La poussée des mains est une pratique plus avancée. Pour pratiquer on a besoin d’au moins une autre personne avec qui travailler. Cette personne doit être digne de confiance pour respecter l’assentiment qui fait de la poussée des mains un mode de formation, et non pas un concours ou un combat. Un des exercices de base est la forme ou tào lù : péng lǔ jǐ àn ( 棚擄挤按 )

L’éventail

太极扇, tài jí shàn

La canne

L’épée

太极剑, tài jí jian

L’étude de la forme de l’épée (剑, jiàn) ​​et l’escrime relèvent des pratiques les plus avancées. 

Les pratiques les plus avancées consistent à cultiver la conscience et l’application créative des principes.

On peut considérer l’apprentissage du tai chi chuan comme l’étude d’une langue ou d’un instrument de musique ou d’un jeu comme les échecs. En utilisant la métaphore de l’étude d’une langue, on peut considérer les postures comme le vocabulaire et la forme comme une collection de phrases grammaticalement correctes. La poussée des mains est la discussion qui mène à l’éloquence et à la bonne cadence. L’épée répète le processus et augmente la puissance rhétorique du praticien.

Lorsqu’il est utilisé comme un système d’auto-défense, le tai chi chuan doit être pratiqué avec maîtrise et assez longtemps pour développer une compréhension profonde et une « mémoire du corps » des mouvements. Cependant, pour une pratique de santé, des années d’études ne sont pas nécessaires et le pratiquant peut être en mesure d’apprendre rapidement les mouvements de base.

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire