Des buts de l’étude

Le tai chi chuan, le plus souvent pratiqué comme un art de santé, plus rarement comme un art martial, dans sa dimension initiatique, permet l’émergence de la personnalité profonde, d’éprouver la résonance de l’être en soi-même. L’étude des formes, des exercices en solo ou à deux, prépare les conditions de cette expérience et conduit chacun à devenir une personne unie à la profondeur et capable d’en témoigner dans le monde. Ce qui peut nous motiver dans cette pratique constante et durable n’est pas sans analogie avec ce que nous décrit Jean-François Billeter dans son ouvrage L’art chinois de l’écriture. Cette affinité entre  la pratique de la calligraphie chinoise et celle du tai chi chuan était également évoquée dans Le corps du trait, expression du cœur humain, une conférence animée par Yolaine Escande.

Le professeur Cheng Man Ching s’exerçant à la callygraphie

Le professeur Cheng Man Ching excellait dans cinq domaines: la poésie, la peinture, la calligraphie, le tai chi chuan, et la médecine et était connu comme le Maître des Cinq Excellences.

Si ce que nous dit Jean-François Billeter de la calligraphie chinoise nous parle tant c’est qu’il part de l’observation d’une pratique, de ce qui est en train de se faire. Il décrit ce que cela révèle et donne à voir de celui qui pratique, quelque chose qui participe de la connaissance, de la conscience, de l’accomplissement ou du perfectionnement de soi, créant les conditions d’une manifestation à la fois spontanée et maîtrisée des mouvements.

Une discipline

La pratique de la calligraphie a d’abord l’avantage d’imposer une discipline. L’exercice exige une mobilisation du corps et une présence d’esprit sans défaut. En nous obligeant a réorienter et à faire converger toutes nos forces, il met fin a l’état de dispersion dans lequel nous vivons la plupart du temps, il nous recompose et refait de nous un être entier parce que entièrement absorbe par le geste accompli. L’amateur qui pratique tous les jour a le sentiment d’avoir avec lui-même un rendez-vous quotidien. A l’instant on il saisit son pinceau, il oublie les affaires qui l’ont accaparé toute la journée. L’inquiétude, le souci et la rumination, qui sont nos principales causes de fatigue, cessent comme par enchantement et quand les circonstances l’obligent à négliger l’exercice, il ressent un véritable état de manque. II ressent vivement ce que Stendhal dit de l’écriture au début des Souvenirs d’égotisme: Sans travail, le vaisseau de la vie humaine n’a pas de lest.

Un moment de vérité

Calligraphie chinoise signée par Zhou Huijun

L’exercice est aussi un moment de vérité. Le pinceau est un séismographe qui révèle infailliblement nos faiblesses. Zhou Huijun, jeune calligraphe connue à Shanghai, raconte qu’un jour son maître Gong Delin lui demande d’écrire quelques colonnes de caractères pour pouvoir observer ses progrès. Elle s’exécute en retenant son souffle et en faisant un effort extrême pour donner une idée favorable d’elle-même. Voilà qui n’est pas bien, lui dit le maître au moment où elle pose son pinceau. D’abord, il est mauvais pour la santé d’écrire en retenant votre souffle, sans respirer librement. Ensuite, vous avez cherché à plaire, vous avez voulu que je fasse votre éloge. Cela n’est pas raisonnable. Dans notre art comme dans la vie, il est vain de poser et encore plus vain de courir après la réputation… Seuls, en d’autres termes, comptent le travail accompli et la maîtrise qui en résulte, ce bien inaliénable que l’on appelle gongfu en chinais.

  • 功夫, gōng fu: période de temps, effort, travail, talent, art, habileté, art martial, le temps nécessaire pour s’accomplir, le niveau que l’on atteint dans un domaine.
  • 功, gōng: travail, effort, effet, services, habilité, maîtrise, perfectionnement, possession d’un métier, mérite, exploit.
  • 夫, fū: mari, homme, travailleur manuel, laboureur, cultivateur, homme accompli, maître.

Un jeu pour être

Photographie tirée du film de Charlie Chaplin Les Temps modernes

Dans le monde actuel, l’exercice nous ramène aussi a nous-mêmes en nous rendant le goût du geste gratuit. Dictée par des machines, notre activité quotidienne se réduit de plus en plus a des mouvements programmés, domestiqués, accomplis dans l’indifférence, sans participation de l’imagination ni de la sensibilité. La calligraphie remédie à cette atrophie du geste en réveillant nos facultés engourdies. Elle nous rend le goût du jeu, elle rappelle a la vie des aptitudes qui, pour n’être pas immédiatement « utiles», n’en sont pas moins essentielles. Parce qu’il est le plus évolué des animaux, l’homme a besoin de plus de jeu que toute autre espèce pour assurer son équilibre.

Un temps à soi

L’exercice modifie aussi notre perception du temps. Dans la vie de tous les jours, nous sommes sans cesse en train de remonter dans le passé et de nous projeter dans l’avenir, de sauter de l’un à l’autre sans pouvoir nous arrêter au moment présent et, à cause de cela, nous sommes hantés par le sentiment que le temps nous échappe. En nous faisant coïncider avec nous-mêmes, l’exercice suspend au contraire la fuite du temps. Lorsque nous manions le pinceau, le moment présent semble se détacher de la chaîne qui le liait au passé et à l’avenir. Il absorbe en lui toute la durée, il s’amplifie et se mue en un vaste espace de tranquillité. II n’est plus soumis à l’écoulement du temps mais entre en résonance avec les moments de même nature dont nous avons fait l’expérience hier, avant-hier et les jours précédents. Ces moments se mettent en enfilade, ils créent une autre continuité, une sorte de majestueuse avenue qui traverse le temps désordonné de nos occupations quotidiennes. Notre vie tend a se réorganiser au-tour de ce nouvel axe et l’incohérence de nos activités extérieures cesse de nous gêner. L’exercice quotidien remplit la fonction d’un rite.

Nani gigantum humeris insidentes

De même quand je suis, lin, les œuvres des anciens calligraphes, je ne me soucie nullement d’imiter le détail des formes extérieures. Je cherche uniquement la force structurante. Lorsque je l’ai saisie, les formes extérieures naissent d’elles-mêmes. Je réussis dans ce que j’entreprends parce que je me mets toujours, avant d’agir, dans l’état de préparation qui convient. … L’empereur Taizong parle d’expérience puisqu’il fut un grand calligraphe en même temps qu’un grand chef militaire. Mais les capacités qu’il développa ne s’acquièrent pas en un jour. Au début de l’apprentissage, l’élève n’a pas encore la faculté de suivre une œuvre et doit d’abord se contenter de la copier. Ne pouvant pas reproduire un caractère d’une manière fidèle à la fois dans le détail et dans son effet d’ensemble, il est obligé de se diviser et de donner tantôt la priorité à l’observation du détail, tantôt à l’appréhension globale, c’est-à-dire de copier et de suivre alternativement.

  • 臨, 临, lín: approcher de, être près de, être sur le point de, donner sur, se présenter
  • 骨力, gǔ lì: force, vigueur en calligraphie
  • 骨, gǔ: os, ossature, charpente
  • 力, lì: force, vigueur, puissance, capacité, s’efforcer de, faire tout son possible, de toutes ses forces, de son mieux, 19e radical

Ludwig Hohl écrit dans Die .Notizen: Une expression immédiate: voilà ce que sont les grandes oeuvres d’art. Et il ajoute: Seule peut être immédiate une expression dans laquelle ne subsiste plus aucune partie solide du passé. Celui qui s’exprime a certes absorbé en lui beaucoup de passé, mais il l’a fondu, liquéfié, liquidé, de sorte qu’il a pu ne laisser couler que ce qui était nécessaire: tout ce qui subsiste sert.

Être soi-même

Je crois que pour être grand dans quelque chose que ce soit, disait Stendhal, il faut être soi-même.»’ Mais le prix à payer pour devenir soi-même est élevé, de sorte que seuls y parviennent les êtres possédés par une volonté farouche d’échapper à leur première personnalité et de réaliser ce qu’ils portent en eux d’informulé. Lorsque le calligraphe atteint ce point-la, lorsqu’il se révèle tout entier dans son écriture, il se dégage d’elle un extraordinaire rayonnement. Comme le dit Nietzsche, «chacun porte en lui une originalité productive qui est le noyau même de son être; et s’il prend conscience de cette originalité, une étrange auréole, celle de l’extraordinaire, se dessine autour de lui.

Médiagraphie

L'art chinois de l'écriture de Jean-François Billeter chez Skira dans la collection Archeologia, arte primitiva e orientaleL'art chinois de l'écriture de Jean-François Billeter chez Skira dans la collection Archeologia, arte primitiva e orientaleJardins de sagesse : En Chine et au Japon Relié de Yolaine Escande au Seuil dans la collection ReligionMontagnes et eaux : La culture du shanshui de Yolaine Escande aux Editions Hermann L'art en Chine. La résonnance intérieure de Yolaine Escande aux Editions Hermann dans la collection : SavoirTraités chinois de peinture et de calligraphie : Tome 1, Les textes fondateurs (des Han aux Sui) chez Klincksieck dans la collection : L'esprit et les formesTraités chinois de peinture et de calligraphie : Tome 1, Les textes fondateurs (des Han aux Sui) chez Klincksieck dans la collection : L'esprit et les formesTraités chinois de peinture et de calligraphie : Tome 2, Les textes fondateurs (les Tang et les Cinq dynasties) chez Klincksieck dans la collection : L'esprit et les formesTraités chinois de peinture et de calligraphie : Tome 2, Les textes fondateurs (les Tang et les Cinq dynasties) chez Klincksieck dans la collection : L'esprit et les formesSouvenirs d'égotisme de Stendhal chez Flammarion dans la collection GFSouvenirs d'égotisme de Stendhal chez Flammarion dans la collection GFLe Maître des 5 Excellences de Cheng Man Ching, commenté par Mark Hennessy au Courrier du Livre dans la collection Trésors des arts martiauxLe Maître des 5 Excellences de Cheng Man Ching, commenté par Mark Hennessy au Courrier du Livre dans la collection Trésors des arts martiauxDie Notizen oder Von der unvoreiligen Versöhnung de Ludwig Hohl chez Suhrkamp Verlag KG Die Notizen oder Von der unvoreiligen Versöhnung de Ludwig Hohl chez Suhrkamp Verlag KG

Photo du profil de Nuage~Pluie

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire