Les 101 notions-clés de la médecine chinoise

Extrait

Faut-il inclure le Qigong et le Taijiquan dans la médecine ? Il y a certes bien un Qigong thérapeutique, dans lequel un praticien fait faire des mouvements et des respirations (parfois trés légèrement) à personnes malades afin de soulager des souffrances ou même de traiter un mal. Mais le plus souvent Qigong et Taiji sont perçus comme exercices pour « garder la forme » ou améliorer sa performance vitale. Ainsi est-on davantage dans une pratique de prévention.

Mais « garder la forme », c’est travailler constamment son équilibre, réguler en soi le mouvement des souffles. C’est prévenir l’arrivée des maladies par ce qui, plus qu’une gymnastique, est l’entretien des mouvements de la vie dans le corps comme dans le mental.

Que dire de la méditation ou de toute autre pratique qui aide à garder un équilibre de vie bénéfique. Font-elles partie de la médecine au titre de la prévention des désordres ? Rien ne vaut l’équilibre des passions pour éviter les désordres.

On maintient en soi le déroulement ordonné des souffles qui font la vie par des mouvements corporels bien réglés, par une alimentation saine et régulière, par une maîtrise des émotions, et par un état mental qui met au plus près de la réalité dont chaque vie personnelle est une expression particularisée.

Les 101 notions-clés de la médecine chinoise de Elisabeth Rochat de La Vallée chez Guy Trédaniel éditeur

Présentation

Ceci n’est pas la énième livre sur la médecine chinoise. C’est un livre novateur et unique en son genre, qui présente les fondements mêmes de la médecine chinoise, dont la connaissance est indispensable à la compréhension des exposés théoriques et pratiques. Spécialiste de la Chine traditionnelle, en particulier de la langue et de la pensée classiques ainsi que du champ médical, l’auteur propose une approche originale de la médecine chinoise. Chaque notion-clé est traitée sur une double page : d’un côté l’étude du caractère chinois, son étymologie, sa graphie et les sens qu’il revêt en chinois classique ; de l’autre, les sens et usages de cette notion dans le contexte de la médecine chinoise. Les présentations se renvoient l’une l’autre et tissent un paysage cohérent qui montre, de façon abordable, ce dont nous parlent les textes majeurs de la médecine. Un ouvrage de référence destiné aux acupuncteurs débutants, aux praticiens chevronnés et à tous les adeptes de la médecine chinoise.

Elisabeth Rochat de La Vallée

Portrait d'Elisabeth Rochat de La Vallée

Après des études en Lettres Classique et en Philosophie, Elisabeth Rochat de la Vallée a étudié le chinois à Paris et à Taiwan.
Avec le Père Claude Larre, elle a travaillé la langue classique et la pensée chinoise ancienne, particulièrement taoïste, et avec le Dr Jean Schatz (1984) l’approche théorique et pratique de la médecine traditionnelle.
Avec le P. Larre, elle a collaboré à la fondation et au développement de l’Institut Ricci de Paris et œuvré à la réalisation du Grand Dictionnaire Ricci de la Langue Chinoise.

Elle est directrice de l’enseignement à l’Ecole Européenne d’Acupuncture. Elle enseigne les fondements de la médecine, la pensée chinoise et la langue classique en France et dans une quinzaine d’autre pays. Elle a écrit de nombreux livres et des articles sur ces sujets.

Photo du profil de Nuage~Pluie

Nuage~Pluie

Ex quo profecto intellegis quanta in dato beneficio sit laus, cum in accepto sit tanta gloria.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire